Prêter sa voiture : oui, mais pas n’importe comment ! Vérifiez vos assurances

Peut-on prêter sa voiture à sa femme, son enfant ou son voisin ? Sous quelles conditions ? Que disent les assurances ? L’usage de la voiture évolue... Covoiturage, autopartage... La voiture deviendra-t-elle un jour un bien collectif ? Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Le « prêt du volant » reste plutôt rare : la majorité des conducteurs restent propriétaires uniques de leur voiture. Que se passe-t-il, précisément, quand ils prêtent leur véhicule ? Que prévoient les assurances ? Qui est responsable en cas de problème (sinistre, vol, etc.) ? Dépanner, partager et rendre service est louable, mais qu’en est-il des risques et des conséquences de ce geste de solidarité ?


 

Prêter sa voiture : quels enjeux ?


Tous les propriétaires de voiture ont connu cette situation : le voisin vous demande votre voiture à prêter pour aller chercher la petite à l’école ou alors c’est votre fille, jeune conductrice : elle voudrait vous l’emprunter pour aller faire du shopping ! Pour connaître les enjeux de ces situations de prêt, plusieurs questions doivent être soulevées : l’âge de l’emprunteur, son expérience automobile, son statut de conducteur principal ou occasionnel du véhicule…
 
L’âge de l’emprunteur : premier critère significatif lors du prêt d’un véhicule. L’âge importe, car, comme les statistiques le démontrent, les jeunes ont 5 fois plus de risques d’avoir un accident que les autres conducteurs. Tenez compte de ce profil à risque lorsque vous prêtez votre voiture.
 
Deuxième enjeu : l’emprunteur a-t-il déjà conduit souvent ou occasionnellement le véhicule ?  Autrement dit, quel est le ‘statut’ de l’emprunteur en tant que conducteur ? Explications.
 

Conducteur principal ou occasionnel


Dans tout contrat d’assurance, nous devons renseigner à l’assureur l’identité du conducteur principal du véhicule assuré. L’acceptation ou non du risque par l’assureur en dépend.
Le conducteur principal conduit le véhicule la plupart du temps. Comme l’expression l’indique, il/elle conduit régulièrement et/ou souvent la voiture. C’est sur son profil que l’on se base pour déterminer la prime d’assurance auto.Contrairement à d’autres compagnies d’assurances, Yuzzu considère votre conjoint(e) comme conducteur/trice principal(e), au même titre que vous, ce qui est unique sur le marché et particulièrement avantageux pour vous.
Le conducteur occasionnel est celui qui utilise parfois le véhicule, sans que cela soit régulier. Ce sera, par exemple, la fille aînée qui emprunte le véhicule le temps de faire les courses.
 

Deux conducteurs = deux assurés !


Si votre véhicule est impliqué dans un accident alors que vous l’avez prêté à une personne qui n’était pas désignée dans votre contrat d’assurance, cela peut vous coûter cher ! En cas d’accident, dans tous les cas, la compagnie d’assurance vérifie le statut du conducteur : principal ou occasionnel.
 
Vous avez donc tout intérêt à informer l’assureur le plus précisément si votre véhicule est conduit par d’éventuels autres conducteurs. Si un conducteur s’ajoute ultérieurement, signalez-le à votre compagnie d’assurances.
 

Vos enfants ont-ils leur permis ?


Les enfants qui empruntent de temps à autre le véhicule de leur(s) parent(s) sont considérés comme des conducteurs occasionnels. Néanmoins, informez votre compagnie d’assurance en ce sens, pour être tout à fait certain(e) qu’ils soient couverts en cas d’accident.
 
Les enfants ne sont pas repris nominativement sur le contrat. L’avantage ? Pas besoin de modifier votre contrat chaque fois qu’un de vos enfants décroche son permis (et devient, par conséquent, un conducteur occasionnel) ou s’il/elle part s’installer ailleurs.
 
En désignant vos enfants en tant que conducteurs occasionnels, ils pourront accumuler de l’expérience en conduite automobile. Un avantage non négligeable s’ils veulent souscrire plus tard eux-mêmes une assurance !
 

En cas d’accident, qu’est-ce qui est couvert et qui paie quoi ?


Prêter sa voiture ne pose pas de problème en soi en cas d’accrochage : responsabilité civile, omnium complète... les solutions ne manquent pas pour couvrir les dégâts en cas de sinistre. Vous ne devez pas indemniser le tiers vous-même, même si l’accident est causé par l’usager de votre voiture.
 
Il n’en reste pas moins la question de savoir qui paie les dégâts. La réponse est déterminée par une autre question très simple : le véhicule prêté est-il à l’origine de l’accident ?
 
Oui, votre véhicule est à l’origine de l’accident. Les dommages occasionnés aux tiers sont pris en charge par votre assurance responsabilité civile, obligatoire pour tout véhicule. Mais les dommages subis par votre véhicule ne sont pas pris en charge par votre assurance ni ceux subis par le conducteur à qui vous avez prêté votre voiture. Si votre véhicule est à l’origine de l’accident, seules l’assurance omnium complète et une assurance conducteur couvrent ces dommages respectifs.
 
Non, votre véhicule n’est pas à l’origine de l’accident. Lorsqu’un autre véhicule a provoqué l’accident, c’est l’assurance de cet autre véhicule qui prend en charge les réparations de votre véhicule. C’est elle également qui indemnise les soins de votre ami. En cas de litige, votre assurance protection juridique permettra de défendre aussi les intérêts de l’emprunteur.
 

En cas d’infraction, qui paie quand on prête sa voiture ?


Dans le cas d’excès de vitesse, la règle est simple : quelqu’un doit payer. Par défaut, donc, la contravention est envoyée au domicile du propriétaire du véhicule fautif.
 
Vous aviez prêté votre voiture à un ami et c’est lui qui a commis l’infraction ? Les procès-verbaux sont accompagnés d’un formulaire réponse qui vous permettra d’indiquer les coordonnées de la personne qui a commis l’infraction. Ainsi, les charges contre vous seront transférées vers cette personne que vous avez désignée.
 
Un voleur s’est fait flasher avec votre voiture avant de l’encastrer dans un mur ? Dans ce cas, le Fond commun de Garantie automobile couvre les dégâts et indemnise les tiers. Car aucune compagnie d’assurance ne reconnaît les bandits et les receleurs comme des conducteurs autorisés.
 
Prêter sa voiture ne pose pas de problème en soi en cas d’accrochage : responsabilité civile, omnium complète... les solutions ne manquent pas pour couvrir les dégâts en cas de sinistre. Vous ne devez pas indemniser le tiers vous-même, même si l’accident est causé par l’usager de votre voiture.
 
Il n’en reste pas moins la question de savoir qui paie les dégâts. La réponse est déterminée par une autre question très simple : le véhicule prêté est-il à l’origine de l’accident ?
Oui, votre véhicule est à l’origine de l’accident. Les dommages occasionnés aux tiers sont pris en charge par votre assurance responsabilité civile, obligatoire pour tout véhicule. Mais les dommages subis par votre véhicule ne sont pas pris en charge par votre assurance ni ceux subis par le conducteur à qui vous avez prêté votre voiture. Si votre véhicule est à l’origine de l’accident, seules l’assurance omnium complète et une assurance conducteur couvrent ces dommages respectifs.
Non, votre véhicule n’est pas à l’origine de l’accident. Lorsqu’un autre véhicule a provoqué l’accident, c’est l’assurance de cet autre véhicule qui prend en charge les réparations de votre véhicule. C’est elle également qui indemnise les soins de votre ami. En cas de litige, votre assurance protection juridique permettra de défendre aussi les intérêts de l’emprunteur.

Les différents cas de figure repris ci-dessus sont des exemples pour comprendre quelle formule d’assurance intervient dans quelle situation. Une assurance conducteur vous protège lorsque vous êtes en tort et une assurance protection juridique défend vos intérêts en cas de litige lorsque votre véhicule n’est pas à l’origine de l’accident. Ces deux formules peuvent être combinées pour une sécurité maximale.
 
Des questions ? Contactez-nous !